Art et recherche scientifique

Krameri-erecta

Krameri-erecta – Rob Kesseler

La Nature détient encore des mystères que l’humanité souhaitent percer à jour. La succession ces 20 dernières années de scandales sanitaires à boosté la recherche vers des produits issus de la nature bienfaisante. Et cela tombe bien, car la tendance actuelle est à un retour au naturel et on remplace les produits anxiogènes qui contiennent des agents synthétiques, chimiques et polluants par des références dites  « bio » sans conservateurs, sans pesticides. Les artistes également se penchent sur cette question. Je vous propose un parcours d’exploration autour de cette notion, et je vous invite à découvrir que le duo designers + recherche scientifique donnent naissance à des projets étonnants.

 

  • Observer l’invisible pour les yeux

Le photographe et professeur britannique Rob Kesseler assisté d’une équipe de scientifique capture des détails microscopiques de la nature. Cette collaboration entre artiste et scientifiques à pour but d’explorer le potentiel créatif du matériel végétal. La série de photos ci-dessous témoigne donc des observations : les graines, les pollens, les fruits et les feuilles passent sous l’objectif de Rob Kesseler. Après un traitement coloré de l’image, placé sur fond noir, l’infiniment petit devient un objet fanstastique non pas tiré de notre imaginaire mais bien du réel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

  • Un matériel organique utile à l’Homme

NatsaiChieza_FaberFutures_1

Les micro-organismes communs sont les levures, ferments lactiques, champignons et les bactéries présentes naturellement (ou ajoutés par l’homme) dans notre alimentation: levure alimentaire, bière, fromages, yaourt,…

Parmis eux, il y a les micro-organismes efficaces, découverts dans les années 80 au Japon par le professeur Teruo Higa. Ils ont été depuis largement utilisés pour leurs propriétés singulières.

Les EM (effective Microorganisms) ou « micro-organismes efficaces » : 

C’est un mélange d’origine naturelle et non OGM composé de matériaux organiques, de micro-organismes qui produisent une multitude de substances utiles tels que les vitamines, les acides organiques, eux-même composés de chélate minéral et différents antioxydants. Et en effet, voici ce que les chercheurs ont découvert: la symbiose parfaite de ces micro-organismes dans l’EM produit des forces régénératrices.

 

MH_keramik_collection

Céramique enrichie d’EM qui a la propriété de rendre son contenu plus pur – MH Keramik

 Incorporés la pâte de céramique, les EM sont gardés en mémoire, comme fossilisés et filtrent le contenu liquide, ce qui permet de regénérer l’eau par exemple. C’est Margot, artiste céramiste allemande qui nous l’explique sur son site.

 

 Considérés à l’origine comme une alternative à l’utilisation de produits chimiques dans l’agriculture, les EM sont désormais utilisés dans les domaines de l’environnement, de l’industrie et de la santé dans le monde entier.

  • La démarche artistique: ce grand laboratoire

 

Dans un art plus vivant et expérimental, Michel Blazy nous donne à explorer ses réalisations-performances dans ses expositions-laboratoires. Impressionnantes bien qu’éphémères et principalement composées de différents agencements de matières organiques, le sujet de ces installations en décomposition est la notion de jardin planétaire*, le rapport de l’homme à la nature. Poétique et politique, l’oeuvre de l’artiste est tantôt lisse et soyeuse, tantôt monstrueuse et peuplée d’une multitude d’insectes. Ces derniers participent à l’expérience, tout comme les visiteurs qui sont invités avec tous leurs sens à entrer dans sa réflexion.

Michel_blazy_le_grand_restaurant

michel_blazy_le_grand_restaurant3

Michel Blazy, Le Grand restaurant – tableau recouvert d’un glacis de sucre grignoté par les souris

 


* Le jardin planétaire renvoie à une notion proposée le paysagiste Gilles Clément qui part du principe que la nature sur Terre, loin d’être ce monde infini que l’on a pu concevoir de par le passé, est au contraire un espace limité, à l’image d’un immense jardin qu’il convient d’entretenir. Le premier ouvrage consacré à ce concept, Contributions à l’étude du jardin planétaire. À propos du feu, publié en 1995, réunissait les travaux de Gilles Clément.


 

  •  La beauté des matériaux organiques

Ces éléments du vivant ne sont pas seulement responsables de moisissures ou révélateurs de pourrissement, les artistes découvrent que ces matières peuvent être détournées et rendues utiles afin de servir notre esthétique moderne.

 

NatsaiAudrey_FABER FUTURES

Natsai Audrey Chieza – Projet FABER FUTURES

La designer et chercheuse, Natsai Audrey Chieza utilise des bactéries – prises sur les racines d’herbes aromatiques comme l’estragon, l’origan et la sauge – et les cultivent afin d’obtenir des teintures.

Natsai_Audrey_micro

NatsaiAudrey_Scarves3

 

Ce projet textile Faber Future à donc amené Audrey à réfléchir à des méthodes comme modifier génétiquement ces bactéries afin de proposer une palette de couleurs plus large et ainsi séduire les maisons de couture.

 

 

 

 

 

 

 

Les artistes explorent ces nouvelles pistes à l’aide d’appuis scientifiques. Ils dessinent un nouvel avenir du design responsable en s’inspirant des propriétés naturelles des matériaux. Ils nous invitent à renouer un lien essentiel avec la Nature permettant une réconciliation avec l’Homme.

 

Sources: collectiftextile.com, Natsai Audrey, Biofabricate, MH Keramik, Michel Blazy, Le grand restaurant, Frac Ile-de-France, Promostyl Blog, Rob Kesseler, Wikilinks, Santé Nature Innovation.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s