L’art de travailler la plume

La semaine dernière j’ai découvert une formation exceptionnelle, enseignée dans la seule école française qui y consacre un cursus, le lycée Octave feuillet: il s’agit de l’art de travailler la plume : la plumasserie.


D’abord émerveillée par cet art, j’ai compris qu’il est intimement lié à la mode, et que comme toute tendance elle passe et tombe en désuétude. C’est pourquoi ce métier reste aujourd’hui rare et confidentiel. De ce constat j’ai souhaité faire de ce métier mon premier sujet d’artisanat, de comprendre son histoire et de vous proposer de découvrir les applications que l’on peut donner de nos jours à ce matériau vivant dans le design, et la décoration notamment.

Cet art qui attire un public plutôt féminin demande de la créativité, une bonne perception des volumes, le sens des couleurs, de la minutie et un intérêt pour l’univers de la mode.

 

  • Un métier en voie de disparition

Au XIXe siècle, les plumes sont utilisées pour confectionner des chapeaux et divers accessoires de mode. Les modes passent, et les plumassiers disparaissent petit à petit. Dans les années 1930 on comptait plus de 500 plumassiers, contre 20 professionnels aujourd’hui en 2015. Pourtant, dans le monde du spectacle et du cinéma on a encore besoin de ces artisans et techniciens de la plume pour réaliser des parures empreint d’une certaine magie.

Seules 4 entreprises subsistent à Paris travaillant étroitement avec les maisons de haute couture et les music-hall comme le Moulin-Rouge.

  • Nelly Saunier, artiste plumassière

Passée maître dans cet art, Nelly Saunier oeuvre avec beaucoup de poésie, et collabore avec les plus grands de la création depuis les années 1990 : Jean-Paul Gautier, Nina Ricci, ou pour créer les coiffes de l’actrice Louise Bourgoin sur le tournage d’Adèle-Blanc-Sec. Voici son parcours:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nelly Saunier a quatorze ans lorsqu’elle découvre le métier de plumassier. Cette rencontre singulière lui apparaît comme une évidence et dans un débordement d’enthousiasme, elle sait instantanément que sa vie sera liée à la plume.

En 1981, elle suit un apprentissage aux techniques de la plumasserie, dispensée au Lycée Octave Feuillet, puis complète sa formation aux Arts Appliqués (école Olivier de Serres). En 1989, elle rejoint le lycée Octave Feuillet qui fait appel à ses compétences pour enseigner l’art de la plume et le pérenniser pour des générations de plumassiers.

Elle est nommée « Chevalier des arts et des lettres » en 2012 par le Ministère de la culture et de la communication.

 

  • Un matériau du vivant

A la fin du XIXe siècle, En Amérique, cinq millions d’oiseaux étaient tués annuellement pour cet usage purement ornemental. Accusé de mettre en péril la sauvegarde d’espèces d’oiseaux rares, la plume dans la mode cesse à partir des années 1960.

Aujourd’hui, les plumassiers contemporains n’utilisent que les plumes d’espèces domestiques comme le faisan, l’oie, le coq de barbarie, la pintade, l’autruche, le pigeon et trouvent leur matière première dans les parcs animaliers. Ils ont parfois accès à des stocks de plumes anciennes et rares d’animaux protégés comme  le héron, le paon, l’oiseau de paradis.

 

  • Symbole de légèreté dans l’art contemporain

La plume est de nos jours utilisée avec parcimonie dans le design, la décoration d’intérieur, dans la création de bijou.

Cette matière organique a des qualités qui lui sont propre et joue avec la lumière: elle évoque la transparence, la douceur, la fantaisie, et la sensualité.


Pour aller plus loin:

Exposition au Grand Palais à Paris: Jean Paul Gautier du 1er avril 2015 au 3 aout 2015, 3 avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris

Publicités

4 réflexions au sujet de « L’art de travailler la plume »

  1. Ping : Le secteur du luxe à besoin de former la relève | Parcours Creatifs

  2. Toutes les filières d’ART de la mode ont besoin des anciens afin de faire transmission. Malheureusement depuis quelques décennies ces gens de l’art furent écartés du circuit de l’éducation, des écoles afin de ne point empêcher que l’enseignement de celles-ci, des gérants d’organisations professionnelles non en technicité, non en tours de main, des institutions en tous genres qu’elles de gouvernance, de presse ne se sentent pas inférieures en connaissances, reconnaissances face à ces savoirs légitimes. Il fut un temps ou la France brillait avec ses Maîtres de l’Art, ses Artisans d’Art, ses Maîtres de la Haute Couture, des Maîtres Tailleurs, Bottiers, Plumassiers, Brodeurs… et où surtout il était un honneur que d’inviter ces Maîtres dans les établissements.

    Que de plaisir à voir l’un de mes élèves s’exposer en haut du pauvre paysage qu’est aujourd’hui la mode et le luxe, donc s’exposer en haut du pavé d’Or, en ce prestigieux endroit qui lui va comme un gant et dont il mérite cent fois et plus l’éclat d’un prestige mondial qui lui va comme un gant. Bravo Jean-Paul.

    Aimé par 1 personne

    • En effet, les grandes maisons et prescripteurs du luxe entre autres sont bien moins nombreux, du coup les formations le sont aussi fatalement. Mais j’aime à rester optimiste car les savoir-faire sont encore là, bien ancrés et tournés vers l’avenir. S’ils ne se transmettent plus de la même manière, ils sont néanmoins renouvelés, « hybridés » entre les mains d’artistes et d’artisans que nous avons pu retrouver lors des JEMA 2015! « Territoires de l’innovation » a représenté de nombreux métiers d’art cette année encore, quelle chance nous avons de maintenir ce secteur et de le développer de façon tout à fait innovante! Laura

      J'aime

      • Laura non seulement je maintiens mes écrits mais aussi fait témoignage du désert d’invitations à intervenir des derniers gens de l’art. Actuellement sur un dossier de sinistre en Haute Couture… ne reste plus… en connaissance réelle… que un !!!!
        Lucien David LANGMAN Maître Tailleur Couturier entre autre….

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s